Tél. 04 90 49 36 36

Pont aux lions

1866
Présentation
D’imposants lions sculptés, situés en bordure du fleuve, attisent la curiosité du visiteur abordant la ville depuis le nord.

Ils appartiennent au premier ouvrage fixe jeté sur le Grand Rhône,

Vue rapprochée de l'une des statues

après des siècles de ponts de bateaux et divers bacs.

La voie ferrée qu’il porta fut exploitée à partir de 1868, jusqu’à sa destruction en 1944.

Bien qu’en majeure partie disparu, l’édifice demeure aujourd’hui encore un témoin du tournant économique du milieu du XIXe siècle.

Sa construction signe de son empreinte aussi bien l’arrivée du chemin de fer à Arles, que l’exploitation industrielle de la houille les Cévennes.

Enfin, cette figuration du « lion d’Arles », est la plus monumentale qu’il soit donné d’admirer en ville.

Histoire

Le pont bombardé

L’ouvrage est construit à partir de 1866 sur la ligne d’Arles à Lunel (Hérault).

Celle-ci est utilisée pour le transport du charbon de la Grand Combe (Cévennes gardoises).

Le viaduc est ouvert à l’exploitation le 27 janvier 1868 et fonctionnera jusqu’à sa destruction lors des bombardements de 1944.

Outre les vestiges encore visibles aujourd’hui, quelques photos anciennes en rappellent la présence dans le paysage urbain arlésien.

En 2008, les monumentales sculptures font l'objet d'une restauration.

Localisation

Les culées et leur statuaire sont situées, en rive gauche, non loin des gares routières et SNCF ; en rive droite, au nord du cimetière de Trinquetaille.

Descriptif
Le pont, de type viaduc, présentait un tablier métallique tubulaire aujourd’hui disparu.

Prévu pour double voie, disposition rare à l’époque, ses piles en pierre, particulièrement solides

Le pont sur une photographie ancienne

et massives, ont résisté aux bombardements.

Les culées supportent deux larges et majestueuses entrées de style antiquisant, ornées de statues de lions sculptées par Pierre-Louis Rouillard (1820-1881).

Haut de trois mètres, faits d’un assemblage de pierre de taille de Beaucaire, les animaux sont figurés assis, la patte droite levée sur le blason de la ville. Ce mode de représentation reste assez rare en matière d’héraldique.

Les lions, dos au fleuve, font face aux quartiers que reliait le pont ; celui du Trébon en rive gauche, celui de Trinquetaille en rive droite.

Bien que disjointes par le souffle des bombes, les sculptures présentent, pour trois d’entre elles, un état de conservation remarquable, du autant à la qualité de la pierre qu’au talent du sculpteur

Restauration
Evenement
Visite
Les vestiges (culées sur les rives et piles émergeant du lit du fleuve) sont visibles en extérieur.

Votre site patrimoine.ville-arles.fr change

Le site Internet du patrimoine

Le site Internet du patrimoine de la ville d'Arles est en phase de rénovation.

Nous nous excusons de la gêne occasionnée et nous vous en présentons une version provisoire. Celle-ci est incomplète, comporte un certain nombre de coquilles et quelques liens non encore activés.

Pour tous compléments d'informations, vous pouvez vous adresser à patrimoine@ville-arles.fr

La base du patrimoine

Accès à la base patrimoine

Il vous est proposé dans ce site un accès direct à notre base du patrimoine.

125 édifices, 10 sites sont décrits au travers des 23 quartiers et hameaux de la commune d'Arles.

Ces descriptions sont complètées par la mise à disposition de plus de 1500 documents.

Les quartiers de la ville :

les Quartiers de l'agglomération

Les quartiers du centre ancien sont les suivants :

- Cité
- L'Hauture
- Méjan
- Roquette
- Cavalerie / Lamartine

Les quartiers de l'agglomération sont les suivants :

- Alyscamps / Bigot
- Barriol / Plan-du-Bourg
- Chabourlet
- Fourchon
- Mouleyrès / Griffeuille
- Trébon / Monplaisir
- Trinquetaille

Les hameaux de la commune :

La commune d'Arles et ses hameaux

Les hameaux de la commune sont les suivants :

- Albaron
- Gageron
- Gimeaux
- Mas-Thibert
- Moulès
- Pont-de-Crau
- Raphèle
- Saliers
- Salin-de-Giraud
- Sambuc
- Villeneuve

Moteur Collections

Présentation

Le moteur Collections est un projet parallèle du ministère de la Culture, recensant plus de 4 millions de documents, dont près de 18.000 sur Arles. Plus de précisions sur la page dédiée

Présentation générale de la ville

Histoire

Arles a une vocation de carrefour. Ce point de rencontre entre une route terrestre reliant l’Italie à l’Espagne et un voie fluviale, le Rhône, n’avait pas échappé aux Grecs qui, dès le VIe siècle av.J.-C., entreprirent de s’implanter en territoire ligure.

César envoya en septembre 46 av. J.-C. les vétérans de la VIe légion qui fondèrent une colonie de droit romain dotée d’un immense territoire. Très vite prospère, la ville s’enrichit de superbes monuments : forum, temples…

Au XIIe siècle sont édifiés la primatiale Saint-Trophime et les bâtiments canoniaux, autour d’un cloître. En plein essor économique et géographique, Arles accueille les pèlerins qui se dirigent vers Saint-Jacques de Compostelle.

La ville connaît au milieu du XVIe siècle, un moment de prospérité où peut s’épanouir une Renaissance toute imprégnée de culture antique. La période de reconstruction des XVIIe et XVIIIe siècles a donné à Arles son image actuelle : l’Hôtel de ville, la plupart des hôtels particuliers, des maisons, bordant les rues du secteur sauvegardé datant de cette époque.

Arles est aussi un lieu d’imaginaire. Par la splendeur des éléments naturels- le Rhône, la lumière, le vent- elle n’a cessé d’attirer des artistes. La ville se tourne aujourd’hui, par ses projets, vers la modernité.

Jeux éducatifs :

Drôle de Labyrinthe à l'amphithéâtre :

Téléchargez le jeu (5,9 Mo -PDF)

Trouve moi si tu peux au théâtre antique :

Téléchargez le jeu (8 Mo -PDF)

parcours du petit baigneur :

Téléchargez le jeu (17.5 Mo -PDF)