Tél. 04 90 49 36 36

Porte d'Auguste

Fin du Ier siècle av. J.-C.
Présentation
La porte d’Auguste, également nommé porte de la Redoute (d’après la forteresse qui y sera installée au Moyen Age), représentait l’entrée principale de la cité romaine.

Située au point

La porte aujourd'hui

le plus élevé de la ville, à l’est, elle accueillait une dérivation de la voie Aurélienne, venant de Rome.

C’est la partie la mieux conservée du rempart augustéen, élevé peu après la naissance de la colonie romaine.

La situation dominante actuelle de la porte ne correspond pas au dénivelé initial, mais au creusement du boulevard Emile-Combes à la fin du XVIIIe siècle.

Près de la tour nord de la porte, arrivait l’aqueduc qui amenait l’eau des Alpilles.

Sur la cassure causée par le creusement du boulevard, on peut encore observer des dépôts calcaires posés sur la paroi.

L’édifice a été profondément remanié à l’Antiquité tardive et durant le Moyen Age.

Histoire

Représentation de la porte
sur un dessin ancien

Durant l’Antiquité tardive ou le haut Moyen Age, la porte d’Auguste a été fermée par un avant-mur en gros blocs. Il est possible qu’une ouverture ait été maintenue contre la tour sud.

Dans un deuxième temps, sans doute au cours du Moyen Age, cette fermeture a été reprise par une surélévation en blocs plus petits.

On peut supposer que la poterne ouverte dans la courtine, directement au sud de la tour méridionale, a été aménagée dans le même temps.

Localisation

La porte se situe au sud du Boulevard Emile-Combes, au bord de la place de la Redoute depuis le quartier de l’Hauture.

Descriptif
La porte, encadrée par deux massifs rectangulaires, occupe, dans la partie orientale du rempart, une vaste superficie en demi-lune d’environ cent mètres.

A chaque extrémité de celle-ci, une

La porte sur la maquette
de l'Arles antique

tour semi-circulaire assurait le lien avec la courtine (partie d’enceinte entre deux bastions).

La porte elle-même avait une largeur de 35 mètres. Contrairement à l’enceinte, elle était construite en gros blocs de pierre montés à joints vifs.

Les deux tours semi-circulaires qui l’entourent, également en grand appareil, montrent à leur base une mouluration relativement simple, que l’on retrouve fort abîmée au sommet.

L’espace entre les deux tours permet de restituer deux passages d’une largeur de quinze mètres probablement non suffisante pour une circulation complémentaire des piétons, comme c’est le cas de la porte d’Auguste de Nîmes, plus large.

La porte, murée au Moyen Age, ne laisse voir aujourd’hui qu’une petite poterne.

Restauration
Evenement
Visite
Visible de l'extérieur.

Journées européennes du patrimoine du 16 au 17 septembre

Dépliant programme
Pour leur 34e édition, les Journées européennes du patrimoine sont placées sous le thème de la jeunesse.
Les monuments et musées d'Arles sont ouverts gratuitement. Des visites guidées, des conférences, des expositions, des spectacles, des concerts, des ateliers créatifs, et des lectures sont proposés. Le service du patrimoine présente cette année un exposition exceptionnelle célébrant le bicentenaire de la disparition d'Antonelle, le premier maire d'Arles.

Exposition : Antonelle - un Arlésien dans la Révolution
Exposition en accès libre, livret gratuit, publication, journée universitaire, colloque, débat, conférences, visites guidées, spectacle, activités éducatives ... Tout un programme pour éclaircir le mystère qui plane autour de cet arlésien dont la mémoire a été (trop) vite effacée.

Votre site patrimoine.ville-arles.fr change

Le site Internet du patrimoine

Le site Internet du patrimoine de la ville d'Arles est en phase de rénovation.

Nous nous excusons de la gêne occasionnée et nous vous en présentons une version provisoire. Celle-ci est incomplète, comporte un certain nombre de coquilles et quelques liens non encore activés.

Pour tous compléments d'informations, vous pouvez vous adresser à patrimoine@ville-arles.fr

La base du patrimoine

Accès à la base patrimoine

Il vous est proposé dans ce site un accès direct à notre base du patrimoine.

125 édifices, 10 sites sont décrits au travers des 23 quartiers et hameaux de la commune d'Arles.

Ces descriptions sont complètées par la mise à disposition de plus de 1500 documents.

Les quartiers de la ville :

les Quartiers de l'agglomération

Les quartiers du centre ancien sont les suivants :

- Cité
- L'Hauture
- Méjan
- Roquette
- Cavalerie / Lamartine

Les quartiers de l'agglomération sont les suivants :

- Alyscamps / Bigot
- Barriol / Plan-du-Bourg
- Chabourlet
- Fourchon
- Mouleyrès / Griffeuille
- Trébon / Monplaisir
- Trinquetaille

Les hameaux de la commune :

La commune d'Arles et ses hameaux

Les hameaux de la commune sont les suivants :

- Albaron
- Gageron
- Gimeaux
- Mas-Thibert
- Moulès
- Pont-de-Crau
- Raphèle
- Saliers
- Salin-de-Giraud
- Sambuc
- Villeneuve

Moteur Collections

Présentation

Le moteur Collections est un projet parallèle du ministère de la Culture, recensant plus de 4 millions de documents, dont près de 18.000 sur Arles. Plus de précisions sur la page dédiée

Présentation générale de la ville

Histoire

Arles a une vocation de carrefour. Ce point de rencontre entre une route terrestre reliant l’Italie à l’Espagne et un voie fluviale, le Rhône, n’avait pas échappé aux Grecs qui, dès le VIe siècle av.J.-C., entreprirent de s’implanter en territoire ligure.

César envoya en septembre 46 av. J.-C. les vétérans de la VIe légion qui fondèrent une colonie de droit romain dotée d’un immense territoire. Très vite prospère, la ville s’enrichit de superbes monuments : forum, temples…

Au XIIe siècle sont édifiés la primatiale Saint-Trophime et les bâtiments canoniaux, autour d’un cloître. En plein essor économique et géographique, Arles accueille les pèlerins qui se dirigent vers Saint-Jacques de Compostelle.

La ville connaît au milieu du XVIe siècle, un moment de prospérité où peut s’épanouir une Renaissance toute imprégnée de culture antique. La période de reconstruction des XVIIe et XVIIIe siècles a donné à Arles son image actuelle : l’Hôtel de ville, la plupart des hôtels particuliers, des maisons, bordant les rues du secteur sauvegardé datant de cette époque.

Arles est aussi un lieu d’imaginaire. Par la splendeur des éléments naturels- le Rhône, la lumière, le vent- elle n’a cessé d’attirer des artistes. La ville se tourne aujourd’hui, par ses projets, vers la modernité.

Jeux éducatifs :

Drôle de Labyrinthe à l'amphithéâtre :

Téléchargez le jeu (5,9 Mo -PDF)

Trouve moi si tu peux au théâtre antique :

Téléchargez le jeu (8 Mo -PDF)