Tél. 04 90 49 36 36

Salin-de-Giraud

Présentation

Vue aérienne du village

Le village de Salin-de-Giraud se situe au sud est du delta de la Camargue. Situé en rive droite du grand Rhône, il comptait en 2006, 2 160 habitants.

L’exploitation du sel y est ancienne. Mais c’est à la fin du XIXe siècle que le bourg connut un développement particulier avec l’implantation de deux entreprises liées à cette activité, suscitant par ailleurs une forte migration de main d’œuvre.

La vaste zone des salins présente un grand intérêt écologique et paysager. Le développement d’un petit nombre d’espèces invertébrées offre aux oiseaux une nourriture abondante qui permet une nidification unique en Europe, notamment de flamants roses.

Avec la grande plage sauvage de Piémanson, ou plage d’Arles, et le golfe de Beauduc, Salin-de-Giraud offre à la commune une façade maritime fort prisée en saison estivale.

Histoire
Des marais salants existaient sur ce territoire dès le Moyen Age. L’installation au XIIe siècle de l’abbaye d’Ulmet, une abbaye du sel (comme les abbayes de Sylvéréal et Psalmody non loin d’Aigues-Mortes),

Habitat ouvrier à Salin-de-Giraud

en témoigne.

A la fin du XIXe siècle, un industriel, Henri Merle acheta une dizaine de milliers d’hectares de marécages qu’il transforma en salins pour approvisionner en sel l’industrie chimique. Deux sociétés se partagèrent l’exploitation du sel : Péchiney, productrice du sel, et Solvay qui construisit une usine de traitement.

Deux quartiers de logements ouvriers portent les noms des sociétés. Bâtis à l’image des cités industrielles du nord, ils témoignent encore aujourd’hui de la vie des « saliniers » jusqu’aux années 1950-1960.

De nombreuses communautés d’origine étrangère (grecs, espagnols, arméniens, italiens …) se sont établies à Salin-de-Giraud dès sa création.

Localisation

Salin-de-Giraud est situé à près de quarante kilomètres d’Arles, en rive droite du Grand Rhône. On rejoint le village par la D36, depuis la D570 (direction Les-Saintes-Maries-de-la-Mer, sur quelques kilomètres). On peut également s'y rendre depuis Port-Saint-Louis-du-Rhône par le bac de Barcarin.

Document