Tél. 04 90 49 36 36

Arcs de triomphe romains

Ier siècle av. J.-C.
Présentation

Restitution de l'arc du Rhône

Aujourd’hui disparus, les arcs de triomphe, emblèmes de la romanisation, n’en n’ont pas moins marqué le paysage urbain arlésien bien après la fin de l’Empire.

Au nombre de deux, peut-être de trois, leur existence est attestée par les textes d’archives et, pour l’un d’entre eux, par des représentations iconographiques.

A l’origine destiné à célébrer dans Rome les victoires des généraux romains, ce type d’édifice se répandra dans les provinces, en hommage à l’empereur, ou plus simplement pour marquer une expansion urbaine remarquable.

Ce glissement de la fonction honorifique à celle de point de passage, était par ailleurs présent dans l’Arles antique avec les deux arcs d’accès au pont de bateaux.

Histoire
L’arc du Rhône est daté de la fin du Ier siècle av. J.-C. Il relève donc, comme le forum et le théâtre de la première urbanisation, dite

Fragment de trophée provenant
probablement d'un arc

« augustéenne », de la colonie romaine.

Les érudits de la période classique virent dans les termes de l’inscription latine, bien dégradée, qu’ils observèrent à l’époque, les preuves d’une datation plus tardive.

Ceci valut à l’édifice l’appellation impropre d’arc Constantin.

On crut un temps que cette inscription était un simple ajout ayant trait à cet empereur.

Mais l’actualité de la recherche en ce domaine, s’appuyant toujours sur quelques croquis datant du XVIIe siècle et difficiles à interpréter, ne retient pas cette hypothèse.

Connu également sous le nom de petite porte de Saint-Martin l’arc sera démoli en 1684 sur décision des consuls.

Il gênait le passage, nous rapportent les archives, surtout par temps de pluie ou de crue du Rhône.

Le souvenir de l’édifice subsiste dans une petite rue, au débouché de la rue Tour-du-Fabre, nommée depuis 1826 rue de l’Arc-Constantin.

Plus énigmatique demeure l’arcus admirabilis, dont des textes médiévaux signalent fréquemment la richesse de la décoration.

Il se situait aux environs de l’actuelle place Voltaire. On pense qu’il fut endommagé durant le Moyen Age, et en 1511, les actes des pères de l’Oratoire n’en mentionnent plus que les fondations.

Des éléments d’architecture trouvés dans la démolition du rempart tardif on suscité l’hypothèse, non attestée, du réemploi de l’arc disparu.

Localisation

Sur ce plan de 1804 (où le nord est orienté en bas), Pierre Véran a situé l'emplacement présumé des arcs.

Descriptif
Le plus connu, l’arc du Rhône se trouvait dans l’actuel quartier du Méjan, accolé au rempart ouest de la ville.

Bien que l’exactitude en soit contestée par certains, une restitution de

L'arc admirable figuré sur le plan
maquette de l'Arles antique

la fin du XVIIIe siècle en permet la description suivante : l’édifice ne comporte qu’une seule arche voûtée en plein cintre dont la voussure est décorée d’une frise, ponctuée à la clé d’un mascaron.

Cette arche est flanquée de quatre colonnes cannelées engagées, surmontées de chapiteaux corinthiens. Un attique coiffe l’ensemble, décoré de triglyphes et métopes visiblement de la même inspiration que la frise du théâtre antique, contemporain.

Sur toute la largeur du monument, figure, avec une précision quelque peu suspecte, l’inscription latine qui fit couler tant d’encre, dès le XVIIe siècle… jusqu’à nos jours, concernant sa datation.

Quant à l’arcus admirabilis, proche de l’actuelle place Voltaire, notre imagination devra se contenter de son emphatique dénomination.

Restauration
Evenement
Visite
Edifices disparus.

Votre site patrimoine.ville-arles.fr change

Le site Internet du patrimoine

Le site Internet du patrimoine de la ville d'Arles est en phase de rénovation.

Nous nous excusons de la gêne occasionnée et nous vous en présentons une version provisoire. Celle-ci est incomplète, comporte un certain nombre de coquilles et quelques liens non encore activés.

Pour tous compléments d'informations, vous pouvez vous adresser à patrimoine@ville-arles.fr

La base du patrimoine

Accès à la base patrimoine

Il vous est proposé dans ce site un accès direct à notre base du patrimoine.

125 édifices, 10 sites sont décrits au travers des 23 quartiers et hameaux de la commune d'Arles.

Ces descriptions sont complètées par la mise à disposition de plus de 1500 documents.

Les quartiers de la ville :

les Quartiers de l'agglomération

Les quartiers du centre ancien sont les suivants :

- Cité
- L'Hauture
- Méjan
- Roquette
- Cavalerie / Lamartine

Les quartiers de l'agglomération sont les suivants :

- Alyscamps / Bigot
- Barriol / Plan-du-Bourg
- Chabourlet
- Fourchon
- Mouleyrès / Griffeuille
- Trébon / Monplaisir
- Trinquetaille

Les hameaux de la commune :

La commune d'Arles et ses hameaux

Les hameaux de la commune sont les suivants :

- Albaron
- Gageron
- Gimeaux
- Mas-Thibert
- Moulès
- Pont-de-Crau
- Raphèle
- Saliers
- Salin-de-Giraud
- Sambuc
- Villeneuve

Moteur Collections

Présentation

Le moteur Collections est un projet parallèle du ministère de la Culture, recensant plus de 4 millions de documents, dont près de 18.000 sur Arles. Plus de précisions sur la page dédiée

Présentation générale de la ville

Histoire

Arles a une vocation de carrefour. Ce point de rencontre entre une route terrestre reliant l’Italie à l’Espagne et un voie fluviale, le Rhône, n’avait pas échappé aux Grecs qui, dès le VIe siècle av.J.-C., entreprirent de s’implanter en territoire ligure.

César envoya en septembre 46 av. J.-C. les vétérans de la VIe légion qui fondèrent une colonie de droit romain dotée d’un immense territoire. Très vite prospère, la ville s’enrichit de superbes monuments : forum, temples…

Au XIIe siècle sont édifiés la primatiale Saint-Trophime et les bâtiments canoniaux, autour d’un cloître. En plein essor économique et géographique, Arles accueille les pèlerins qui se dirigent vers Saint-Jacques de Compostelle.

La ville connaît au milieu du XVIe siècle, un moment de prospérité où peut s’épanouir une Renaissance toute imprégnée de culture antique. La période de reconstruction des XVIIe et XVIIIe siècles a donné à Arles son image actuelle : l’Hôtel de ville, la plupart des hôtels particuliers, des maisons, bordant les rues du secteur sauvegardé datant de cette époque.

Arles est aussi un lieu d’imaginaire. Par la splendeur des éléments naturels- le Rhône, la lumière, le vent- elle n’a cessé d’attirer des artistes. La ville se tourne aujourd’hui, par ses projets, vers la modernité.

Jeux éducatifs :

Drôle de Labyrinthe à l'amphithéâtre :

Téléchargez le jeu (5,9 Mo -PDF)

Trouve moi si tu peux au théâtre antique :

Téléchargez le jeu (8 Mo -PDF)

parcours du petit baigneur :

Téléchargez le jeu (17.5 Mo -PDF)